more from
Coyote Records

L'Étoile thoracique

by Klô Pelgag

/
  • Streaming + Download

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    Purchasable with gift card

      $9.99 CAD  or more

     

  • Compact Disc (CD) + Digital Album

    Includes unlimited streaming of L'Étoile thoracique via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ships out within 31 days

      $15 CAD or more 

     

1.
J’entends souvent cette voix Celle qui habitait en toi Je les entends toujours tu vois Tes éclats de rire figés par le froid Ils me blessent maintenant Que tu ne te souviens plus comment S’il te plaît, ne m’oublie pas Souviens-toi au moins de moi Si ta mémoire se noie Sauve-moi, sauve-moi S’il te plaît, ne m’oublie pas Souviens-toi au moins de moi Si la lumière te voit Sauve-toi, sauve-toi S’il te plaît, ne m’oublie pas Souviens-toi au moins de moi S’il te plaît, ne m’oublie pas Souviens-toi, souviens-toi S’il te plaît, ne m’oublie pas Souviens-toi au moins de moi S’il te plaît, ne m’oublie pas Je sillonnerai les fjords de Norvège Tu ne vas pas rater ça Je te rappellerai les mots que tu préfères Ils te manquent tellement déjà Je te rappellerai le nom que tu m’as donné le jour où je suis née L'autre soir à la violence Tu as oublié ton nom Tu m’as dit des choses immenses : « J’implose en constellations » J’ai regardé sur ta montre Elle a échappé le temps Elle remonte à la violence Au soir où nous étions là S’il te plaît, ne m’oublie pas
2.
Les ferrofluides-fleurs Poussent au milieu des champs magnétiques Les ferrofluides-fleurs Germent au coeur des idées érotiques Je fixe le soleil depuis longtemps J'ai vu les avions qui sont passés devant J'ai percé mes paupières pour regarder Tout ce que je ne peux pas voir quand j'ai les yeux fermés Les ferrofluides-fleurs Poussent au milieu des champs magnétiques Les ferrofluides-fleurs Prennent l'odeur des mains narcotiques J'ai bu tout le sucre de l'érablière À présent mes pensées me semblent plus claires Je cours comme le soleil veut plonger dans l'eau J'apprends le latin du nom des animaux J'ai caché toutes les cuillères de la maison Je mange avec les couteaux maintenant Je réchauffe mes larmes Je suis à fleur de lame Je veux éclore en bourgeons pétalliques Les ferrofluides-fleurs Poussent au milieu des champs magnétiques
3.
Je n’ai jamais voulu te pendre entre mes cuisses La corde s’était fanée autour de ton cou J’ai attendu trois jours sur le bord d’un fossé À manger des flocons de tempête Quand tu es revenu, je dormais déjà bien J’aspirais l’alcool en un souffle amazonien C’était l’hiver sur la langue de chaque bouche Dans les lits de sueurs immenses Dans les cendres de la chambre Dans les fentes fatiguées par le plaisir Et ton corps planté sous la neige Devine le sexe des étoiles Et ta bouche tachée de vin me crie : « Je veux me perdre avec toi » Il n’y aura pas d’otages cette fois C’est la fin de ce tout ce qui ne finissait pas Tout ce qui fait du bien me fait du mal, me fait du mal Je ne veux plus de ton amour Mais je veux te toucher à tous les jours Et ton corps bandé sous la neige Devine le sexe des étoiles Et ta bouche tachée de vin me crie : « Je veux me perdre avec toi »
4.
Demandez-vous par où j'entre J'entre pour ressortir  Demandez-vous jusqu'où je rampe Je rampe pour revenir  Le feu, la foi, les gens  Jouent avec le cerveau  Où est le vrai nouveau Ma tête a mal Je veux me noyer dans un verre d'eau  Les yeux, les dents, la chance Ne sourient que pour ceux Qui demandent si il pleut Tu voudrais que je me déshydrate Pour me saouler Les avions dans le ciel  Font l'amour en voyage L'hiver intemporel Le bonheur est scandinave Demandez-vous par où j'entre J'entre pour ressortir  Demandez-vous jusqu'où je rampe Je rampe pour revenir  Les mots, le temps, la chambre Sont toujours en désordre Je vais manger la corde La rue de mon enfance est disparue Et ma maison Les avions dans le ciel Font l'amour en voyage Leurs ombres dessinent nos visages Sur les nuages J'ai fossilisé mes instants d'équilibre Sous une cloche de verre J'ai reçu des éclats de rire Ce sont les blessures que je préfère Les avions dans le ciel  Font l'amour en voyage L'hiver intemporel Le bonheur est scandinave Les avions dans le ciel  Font l'amour en voyage L'hiver intemporel Le bonheur est scandinave Demandez-vous par où j'entre J'entre pour ressortir  Demandez-vous jusqu'où je rampe Je rampe pour revenir
5.
Je sais que tes mains touchent le feu Je sais que tu aimes un peu Tomber dans le puits le matin, le matin Tomber dans le puits, c'est bien Je sais que tu as peur de grandir Les vieux savent mieux mentir Tu sais qu’on pourrait être heureux, être heureux Je sais qu'être heureux, c'est mieux Oui mais moi je pars, je pars, moi je pars Je vais retrouver le temps perdu Oui mais il est tard, il est tard, il est trop tard Le train que j'ai manqué est tombé dans l'oubli Je sais que toi tu te souviens d'eux Les passagers dans le train Tu vois leur visage dans mes yeux C'est nous que tu vois Si un jour tu te demandes à qui Tu ressembles quand tu ris Regarde-moi et tu sauras à qui Je ressemble aussi Oui mais moi je pars, oui je pars, moi je pars Je vais retrouver le temps perdu Tous les feux, moi Tous les feux me font Tous les feux me font tomber dans les flammes Je sais que tes mains touchent le feu
6.
Incendie 03:38
Tes doigts me taisent Je ne peux plus parler Tes bras m’apaisent Je peux respirer Mon corps est lourd Tu sais le porter Tu me demandes la vérité Je t’aime toujours même quand je dors Et ton odeur est mon parfum J'entre par ta fenêtre à tous les soirs Tous les soirs Je crois que tu m’attends tous les soirs Tu fais de très beaux anges dans la neige Dans la neige J’aime dormir dans tes anges dans la neige Tes mains sont tombées sur ma tête Tu veux me changer les idées Tu dis que mes cheveux de Bengale Sont un bel incendie Tes mains s’envolent sur mon ventre Attention à l’atterrissage Tes mains découvrent mon visage
7.
Édelweiss, tu as peur de tout Tu te laves dans le bain de tes larmes Édelweiss, je t’attendrai Demain au coin de la rue Barbe Édelweiss, tu as peur de toi Tu veux me montrer tes armes blanches Édelweiss, je ne voudrais pas Que tes mains touchent la peau des anges Édelweiss, tu es tombé dans le puits Ce matin, tu dis que tu y habites Édelweiss, tu dis que c’est sous la terre Que tu peux voir les vers des poètes Et sans la vue, j’y vois le sens Et sans la vue, j’y vois le sens Quel est ton nom dans le noir J’ai mis la table pour tes yeux Touche les fruits pour mieux les voir Apprends leur forme si tu veux Tu connais le goût de la mer Tu as déjà rêvé à elle Elle n’a jamais pensé à toi Édelweiss, ta mère, elle t’a menti Ce n’est pas l’amour qui t'a rendu aveugle C’est ton corps qui ne sait pas voir Édelweiss, tu as peur de tout Tu te laves dans le bain de tes larmes Édelweiss, je t’attendrai Demain au coin de la rue Barbe
8.
Tu m'as pas dit que tu partais pour aller boire aux nuages Les animaux que je connais n'ont jamais soif des orages Mais toi tu bois ce qui se boit et tu te fous de la nature Tu m'as pas dit que tu aimais aller regarder les étoiles Les animaux que je connais ont peur qu’elles ne leur fassent mal Mais toi tu aimes les planètes et tu crois qu'elles te regardent Mais toi tu aimes les planètes et tu aimerais qu'elles te gardent Tu m'as pas dit que tu rêvais souvent à un atterrissage Les animaux que je connais ne parlent jamais de voyage Mais pour toi la vie est un lit et ton sommeil est une plage Pour toi le corps est un habit, le plus glorieux sarcophage Je t'ai vu voler de loin Tu peux voler dans mes rêves Les animaux te vénèrent Tu es le roi de leur cage Je t’ai vu voler de loin Tu m’as pas dit que tu venais parfois dans ma tête en silence Les animaux que je connais n’ont jamais connu cette chance J’ai mis les pensées que tu aimes en ignorant chaque violence J’ai caché celles où tu étais tué par extrême romance Je t’ai vu voler de loin Tu peux voler dans mes rêves Les animaux te vénèrent Tu es le roi de leur cage Je t’ai vu voler de loin Dans un ciel sans couleur J’aime le ciel sans couleur Je t’ai vu voler de loin Tu m’as pas dit que tu partais pour aller boire aux nuages Les animaux que je connais ne connaissent pas ton visage
9.
Tes pieds sur les miroirs Des confettis de lames Te permettent de voir Le plan de la danse Danser dans le noir Le sang dans les planches Les écouter craquer Comme les os de ton corps La carte de ton monde Tatouée de ton encre Te laisse t'échouer dans la danse Danseras-tu sur ma tombe ? Tomberas-tu dans l'oubli ? Danseras-tu sur ma tombe ? Tomberas-tu dans l'oubli ? Tes pieds sur les miroirs Le mouvement des ombres Te replonge en toi Dans la transcendance Danser dans le phare Au milieu de la mer Les écouter frapper Vaguement contre ton corps
10.
J’ai visité le musée de cire C’est un très bel endroit pour mourir Les humains y sont encore plus froids Qu’ils ne le sont habituellement J’ai visité le musée de cire J’ai fait un feu de joie Ils ont fondu en larmes Jamais personne n’avait pensé Réchauffer leur corps sans âme J’ai visité le musée de cire Ils ont fondu à l’ombre des sourires
11.
Insomnie 04:19
Prenez le feu Mettez-le dans ma tête Je veux dormir cette nuit Prenez la lune Mettez-la dans ma tête Je veux dormir cette nuit À tous les soirs sur la plage L’eau me ramène au rivage Plus je veux, moins j’y arrive La nuit me ment pour en finir avec moi Insomnie Tu manges ma tête Même le jour ne passe plus la fenêtre Tout me mène à la violence Ma tête est une arme blanche La nuit me nargue en silence Coups de couteau dans les branches La nuit me jette ses cendres Je touche la peau des anges Je ne sais plus si elle s’en souvient La nuit quand moi je la dormais bien Insomnie Tu manges ma tête Même le jour ne passe plus la fenêtre Prenez le feu Mettez-le dans ma tête Je veux dormir cette nuit Prenez la lune Mettez-la dans ma tête Je veux dormir cette nuit
12.
J'arrive en retard J'ai prié pour toi Je ne prie jamais Jamais que pour toi Je me sens à l’aise Sur ma catéchèse Je ne ressens rien Rien que la faim J'ai dessiné une croix C'est peut-être la mienne Le jour où mon sang Ne reconnaîtra plus mes veines Le souffle des gens Au-dessus de mon corps en veille Et les cris de joie J’ai cherché la sortie de ma cellule Mais toutes les portes ne font qu’y entrer Je tourne en rond depuis quelques années Je parle aux murs qui m’ont embaumée J’arrive en retard Tout le monde est parti Les gens qui s’aiment ne se retrouvent pas au paradis J’ai cherché la sortie de ma cellule Mais toutes les portes ne font qu’y entrer Je tourne en rond depuis quelques années Je parle aux murs qui m’ont embaumée
13.

about

**IMPORTANT**
Les vinyles de l'Étoile thoracique sont présentement en réimpression. Veuillez prévoir des délais plus importants quant à la livraison de ceux-ci

credits

released November 4, 2016

license

all rights reserved

tags

about

Klô Pelgag Montréal, Québec

Quand Klô Pelgag chante, les images s’animent. Et quand elle joue, l’air se colore. Alors que les yeux s’en éprennent et que les cœurs se braquent vers son luxuriant univers de piano, de cordes et de voix, elle s’efforce à faire de ses chansons un paysage pour les aveugles. ... more

shows

contact / help

Contact Klô Pelgag

Streaming and
Download help

Shipping and returns

Redeem code

Report this album or account

If you like Klô Pelgag, you may also like: