more from
Secret City Records

Notre​-​Dame​-​des​-​Sept​-​Douleurs

by Klô Pelgag

supported by
laurenhope7
laurenhope7 thumbnail
laurenhope7 Every song is beautifully crafted, and the sound pallete is complex, wintery, and panoramic. Suitable at times for dancing and at others for a good cry. Incredibly touching.
The Lid
The Lid thumbnail
The Lid This is pretty much the only good album in RYM's 2020 top 40 right now.
steveinsocal
steveinsocal thumbnail
steveinsocal "...an album which sees Klô add lashings of indie-pop sensibilities, textured with soothing piano, synth-pop and orchestral brass and strings to accompany her poetic chansons - poésie - and which crafts an album replete with magical aural delights to invites the listener into her private world. Her most accessible and addictive album to date, and one which ensures I'm off to re-evaluate her back-catalogue…"

reclaimingthecolonies-onestateatatime.blogspot.com
more... more...
/
  • Streaming + Download

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.

    Immediate download of [numtracks]-track album in your choice of high-quality MP3, FLAC, or just about any other format you could possibly desire.
    ***Pour vous procurer tous les items relatifs à l'album Notre-Dame-des-Sept-Douleurs (CD, LP, autocollants, carte postale et partitions) rendez-vous sur le www.secretcityrecords.com/fr/produit/klo-pelgag-notre-dame-des-sept-douleurs ***
    Purchasable with gift card

      $9.99 CAD  or more

     

1.
Instrumentale
2.
Rémora 04:29 video
-- Paroles -- Français J’ai vu ton corps sur une plage Je voulais m’y allonger J’ai vu tes yeux rendre leurs larmes À quelqu’un de plus malheureux J’ai bien compté tes noyades Mais je n’ai pas essayé De repêcher ton corps des vagues Je ne faisais que le regarder J’ai vu tes mains prendre ses hanches Comme un vase précieux J’ai vu la danse tendre vos jambes Vous quittiez la terre à deux J’ai entendu ta voix se fendre Sur les mots doux que l’on crie parfois Quand le cœur veut se défendre Mais dis-moi, de qui d’autre que toi? Accroche-toi, rémora Je fais des cercles en tombant Tu me disais souvent Je t’aimerai si tu me mens Gare à toi, rémora Si tu partais en courant Je te suivrais sûrement Un jour, je me guérirai J’aurais dû sourire J’aurais dû sourire Pour te retenir Pour te retenir J’aurais dû mentir J’aurais dû mentir Pour te retenir Pour te retenir J’aurais dû sourire J’aurais dû sourire Pour te retenir Pour te retenir J’aurais dû mentir J’aurais dû mentir Pour te retenir Pour te retenir Accroche-toi, rémora Tu fais des cercles en tombant Je sais que très souvent Tu me mens sans croiser les doigts Grâce à toi, rémora C’est moi qui pars maintenant Je ne crois plus vraiment Qu’un jour je te guérirai -- Paroles -- English (Translation: Jim Corcoran) I saw your body on a beach And I wanted to lay down there too I saw your eyes give their tears away To someone not as happy as you I counted all the times you drowned But I never tried To save your body from the waves I just watched I saw your hands holding her hips As though she was a precious vase I saw dance sculpt your legs As you rose above the ground together I heard your voice break With those sweet words we sometimes howl When the heart wants to defend itself But tell me From whom other than from yourself? Hang on, Remora I’m spinning in circles as I fall You often told me I will love you if you lie to me Be careful, Remora If you were to run away I would surely follow you One day I will heal I should have smiled I should have smiled To hold on to you To hold on to you I should have lied I should have lied To hold on to you To hold on to you I should have smiled I should have smiled To hold on to you To hold on to you I should have lied I should have lied To hold on to you To hold on to you Hang on, Remora You’re spinning in circles as you fall I know you often lie to me Without crossing your fingers Thanks to you, Remora I’m the one who’s leaving now I no longer really believe That I will ever heal
3.
Umami 04:28
-- Paroles -- Français J’ai pris un bateau pour quitter la terre J’ai vu un poisson plus grand que la mer Je suis revenue et je vous l’ai dit Vous m’avez dit: « Tu rêves, retourne à ton lit » Vous m’avez dit: « Tu rêves, retourne à ton lit » J’ai passé l’hiver au fond de mon lit On m’a dit: « Tu dors depuis un an et demi » « Non, j’ai dit, je pensais » et vous avez ri J’ai passé mes nuits à penser le jour J’ai passé mes nuits à penser au jour Je suis sortie dehors pour vous regarder Vous sembliez si forts mais vous trembliez  On m’a dit: « Faut attendre avant de tomber » Moi, j’ai dit: « Je pars pour me rattraper » J’ai dit: « Moi, je pars, je vais me rattraper » Je suis partie longtemps Longtemps, c’est long, longtemps Je suis partie longtemps J’ai frôlé la mort plus souvent que la vie -- Paroles -- English (Translation: Jim Corcoran) I took a boat to leave this world I saw a fish larger than the ocean I returned to tell you all about it And you told me, “You’re dreaming. Go back to bed” You told me, “You’re dreaming. Go back to bed” I spent the winter deep in my bed Someone said, “You’ve been sleeping for a year and a half” “ No,” I said, “I’ve been thinking” And you laughed I spent my nights thinking for the day I spent my nights thinking about the day I spent my nights thinking for the day I spent my nights thinking about the day I went outside just to watch you You seemed so strong yet you were trembling Someone said, “you have to wait before you fall” And I said, “I’m leaving to catch up to myself” I said, “I’m leaving to catch up to myself” I left for a long time A long time ... is a really long time I left for a long time I got closer to death more often than to life
4.
-- Paroles -- Français Ça fait un an et deux jours qu'on ne se parle plus Mais je t’attends, je t’attends Ça fait un an et deux jours que je pense à ça Et si tu meurs avant moi Et si je meurs avant toi, pleureras-tu? Si je meurs avant toi Et si on se parlait avant, avant Et si on s’écoutait vraiment, vraiment Je sais que la vie, c’est moins facile que l’on pensait Mais dis-toi que rien n’est parfait Je sais que le bonheur, c’est de se battre pour la paix Et si tu veux je serai tout près de toi Et si on se pardonnait avant, avant Je sais que la vie, c’est maintenant Te souviens-tu de nos châteaux au sommet des arbres ? Nous étions deux rois inséparables Je t’attendrai en équilibre sur la corde raide Mais je n’ai plus de temps à te perdre Et si on se prenait dans nos bras maintenant J’ai peur que la mort le fasse avant Ça fait un an et deux jours que je t’aime autant À ton retour, j’aurai les cheveux longs -- Paroles -- English (Translation: Jim Corcoran) We haven’t spoken to each other for a year and two days But I’m waiting for you... I’m waiting For a year and two days I’ve been thinking about it What if you died before I do? If I died before you ... would you cry? If I died before you What if we spoke to each other before that? What if we really listened to each other ... really I know that life isn’t as easy as we thought it would be Just remember nothing is perfect I know that happiness means fighting for peace And if you want, I’ll be there with you What if we were to forgive each other first I know that life is right now, this very moment Do you remember our castles on the treetops? We were two inseparable kings I was waiting for you on a tight wire And now I have no time left to lose you What if we held each other tight right now I’m scared that death will do that first For a year and two days I’ve been loving you And when you return I will have long hair
5.
-- Paroles -- Français J’aimerais que le feu me dévore au complet Je serais ce cadavre au parfum de muguet Enterrez-moi à l’ombre des cyprès S’il fallait que le vent se lève avant l’heure Je soufflerais avec lui mes cendres ailleurs Pensez à moi en cueillant cette fleur Je n’ai déjà plus d’habitudes Je suis le loup sans la lune Je n'ai déjà plus d'inquiétudes Je suis perdue, je présume Je vous rejoins non loin De l’ombre des cyprès Si, en chemin, je croisais un oiseau de malheur Je volerais avec lui dans les trous noirs de son cœur Je lui dirais : « Mon ami, ton pire ennemi, c’est ta propre peur » Je n’ai déjà plus d’habitudes Je suis le loup sans la lune Je n'ai déjà plus d'inquiétudes Je suis perdue, je présume Je vous rejoins non loin De l’ombre des cyprès Je vous rejoins non loin De l’ombre des cyprès -- Paroles -- English (Translation: Jim Corcoran) I want the flames to consume me completely My corpse will smell of the lilies of the valley Bury me in the shade of the cypress If the wind begins to blow too soon... I’ll join it And blow my ashes elsewhere Think about me when you choose this lily I no longer have any habits I’m the wolf without a moon I no longer have any worries I’m lost and I presume that I’ll be joining you Not far from the shade of the cypress If, on my way, I run into the bird of misfortune I’ll fly with him into the darkness of his heart And I’ll tell him, “My friend, your worst enemy is your fear” I no longer have any habits I’m the wolf without a moon I no longer have any worries I’m lost and I presume that I’ll be joining you Not far from the shade of the cypress I’ll be joining you Not far from the shade of the cypress
6.
La fonte 02:28
-- Paroles -- Français Tu peux pas comprendre Tu ne peux pas comprendre Ma vie est une légende Je n'y ai jamais cru Maintenant, je te demande  Laisse-moi partir à l'ombre De mon corps Il n'est plus le mien  Rappelle-toi de la fonte Papa, rappelle-toi de la fonte Le printemps, comme une bombe Qui ramène tout à la vie Maintenant, je te demande Reste avec moi une seconde Vis Une seconde vie Je t'ai vu dans les nuages Je crois que j'y ai vu ton visage Est-ce bien toi dans le ciel Qui fait filer les étoiles? -- Paroles -- English (Translation: Jim Corcoran) You can’t understand You just can’t understand My life is a legend And I’ve never believed in it Now I’m asking you Let me fade away into the shadows of the body That is no longer mine Remember the thaw Papa, remember the thaw Springtime, like a bomb That brings everything back to life Now I’m asking you Stay with me for just a second Live A second life I saw you in the clouds I think I saw your face Is that really you in the sky Guiding the shooting stars?
7.
Soleil 03:31
-- Paroles -- Français Je me souviens bien de toi On se parlait sans la voix Tu criais « soleil » avant de t’endormir Nous avions toutes les deux sept ans Dans la chambre jaune fièvre On rêvait d’être grandes J’ai vu pleurer tes parents Ils t’étouffaient en t’embrassant Tu criais « soleil » avant de t’évanouir J’attendais ton réveil, je voulais te dire... J’ai rêvé à toi cette nuit Tu cherchais le sucre dans les fruits Tu avais les cheveux longs Comme sur ta photo, ils étaient blonds Et... Et tu criais « soleil » avant de partir As-tu crié « soleil » avant de mourir? -- Paroles -- English (Translation: Jim Corcoran) I remember you well We spoke without words You would scream “sunshine” Before falling asleep We were both seven years old In a bright yellow room We dreamed about growing old I saw your parents cry They smothered you as they kissed you You would scream, “sunshine” Before passing out I waited for you to wake up I wanted to tell you I dreamed about you last night You were looking for the sugar in the fruits You had such long hair Just like on the picture Your hair was blond And And you screamed, “sunshine” before leaving Did you scream, “sunshine” before dying?
8.
Für Élise 02:54
-- Paroles -- Français Paraît qu'elle dort sur une branche Tout en haut du séquoia Qu'elle ne se nourrit que d'oranges Et des livres de Kafka Paraît que sa peau est si blanche Qu'elle aveugle les colombes Que son sourire est plus étrange Que celui de la Joconde Pauvre Élise Elle est figée dans l'histoire qu'on a racontée sur elle Pauvre Élise Elle s'est couchée dans le noir sur le lit de l'arc-en-ciel Paraît que lorsqu'on l'embrasse Elle aurait un goût de pomme Comme si des morceaux de glace Avaient trempé dans le rhum Il paraît qu'elle est un ciel Qui n'a jamais vu de soleil Qu'elle aime tellement le miel Qu'elle en dévore les abeilles Pauvre Élise Elle est figée dans l'histoire qu'on a racontée sur elle Pauvre Élise Elle s'est couchée dans le noir sur le lit de l'arc-en-ciel Pauvre Élise Elle va finir par y voir une vie accidentelle Il paraît qu'elle interfère Dans les rêves des suicidaires Qu'elle était d'abord entrée Par les cauchemars des suicidés Pauvre Élise Elle s'est tuée dans l'histoire qu'on a inventée sur elle -- Paroles -- English (Translation: Jim Corcoran) It seems that she sleeps on a branch Way up high on a sequoia She feeds only on oranges And on the works of Kafka It seems that her skin is so white That it blinds the doves And her smile is stranger Than the Mona Lisa’s Poor Elise She’s stuck in the story that’s told about her Poor Elise She slept in the darkness on the bed of the rainbow It seems that when we kiss her She taste of apples Of ice cubes melting in rum It seems she’s a sky that never saw the sun And she loves honey so much She even devours the bees Poor Elise She’s stuck in the story that’s told about her Poor Elise She slept in the darkness on the bed of the rainbow Poor Elise She’ll end up seeing life only accidentally It seems that she interferes in suicidal dreams She got there intervening in the nightmares Of those who actually committed suicide She killed herself in a story that was made up about her
9.
-- Paroles -- Français Pourquoi veux-tu tellement être moi? Moi qui voudrais ne plus l'être déjà Pourquoi veux-tu prendre ma voix? Il te faudra quelque chose à dire Pense à ça, pense à ça Mélamine a soif Donnez-lui de l'eau Mélamine a soif Donnez-lui de l'eau Pourquoi veux-tu tellement être moi? Ne sais-tu pas que je suis un monstre Demande à tous ceux qui croient Que toute vérité n'est pas bonne à dire Pense à ça, pense à ça Mélamine a froid Donnez-lui un manteau Qui saura la protéger d'elle Mélamine a froid Donnez-lui un manteau Qui saura la protéger d'elle Mélamine a mal Donnez-lui vos larmes C'est elle qui souffre le mieux Regardez sur votre épaule Mélamine veut voir Donnez-lui vos yeux Pour qu'elle se regarde un peu Elle a tellement besoin d'eux Mélamine a faim Elle a mangé le pain Que vous aviez gardé pour elle Pourquoi ne peux-tu pas être toi? Et moi, je serai les autres Donne-moi ta vie que je te la rende Je veux être libre comme la violence Être libre comme la violence Mélamine a soif Donnez-lui de l'eau -- Paroles -- English (Translation: Jim Corcoran) Why do you so badly want to be me When I don’t want to be me anymore? Why do you want my voice? You’ll have to have something to say Think about it ... think about it Melamine is thirsty Give her some water Melamine is thirsty Give her some water Why do you so badly want to be me? Don’t you know I’m a monster Ask all those who believe That not every truth is worth mentioning Think about it ... think about it. Melamine is cold Give her a coat That will protect her from herself Melamine is cold Give her a coat That will protect her from herself Melamine is hurting Give her your tears She’s the one who suffers best Just look at your shoulder Melamine wants to see Give her your eyes So she might look at herself She so desperately needs them Melamine is hungry She ate the bread you kept for her Why can’t you be you and I will be the others Give me your life So I can give it back to you I want to be as free as violence As free as violence Melamine is thirsty Give her some water
10.
-- Paroles -- Français Je dors avec les couteaux dans le salon Je joue avec le feu, devant lui je fonds Moi je suis celle qui réveille les somnambules Je veux savoir où ils vont Où vas-tu quand tu t’endors Toi qui ne sais même pas rêver Tes yeux bleus tournent au noir Où vas-tu quand tu dors? Tu cours vite pour quelqu’un qui n’aime pas marcher En cherches-tu un autre à qui ressembler? Moi je suis celle qui mène la marche des somnambules Je vais leur montrer où aller Où vas-tu? Où vas-tu? Où vas-tu quand tu t’endors Toi qui ne sais même pas rêver Tous tes rêves tournent au cauchemar Où vas-tu quand tu dors? Où vas-tu? Où vas-tu? -- Paroles -- English (Translation: Jim Corcoran) I sleep with the knives in the living room I play with fire and it makes me melt I’m the one who wakes up the sleepwalkers I want to know where they’re going Where do you go when you fall asleep? You who don’t even know how to dream Your blue eyes become so dark Where do you go when you fall asleep? You run so fast For someone who doesn’t like walking Are you searching for someone else to look like? I’m the one who guides the sleepwalkers I’ll show them where to go Where are you going? Where are you going? Where do you go when you fall asleep? You who don’t even know how to dream Your dreams become nightmares Where do you go when you fall asleep? Where do you go? Where do you go?
11.
-- Paroles -- Français Je ne reviendrai pas à la maison jaune Je suis loin déjà Loin de là, loin de là Vous ne me reverrez plus à la maison jaune Je m'étais perdue L'autre fois, l'autre fois Je ne reviendrai pas à la maison jaune Les fenêtres sont fermées Vous ne me reverrai plus à la maison jaune J'ai changé d'étoile -- Paroles -- English (Translation: Jim Corcoran) I’ll never go back to the yellow house I’m already far away Far from there Far from there You’ll never see me in the yellow house I got lost the last time The last time I’ll never go back to the yellow house The windows are shut You’ll never see me in the yellow house I’ve chosen a different star
12.
-- Paroles --

about

Pour pré-commander le vinyle ou le CD de Notre-Dame-des-Sept-Douleurs rendez-vous sur notre boutique en ligne :

www.secretcityrecords.com/fr/produit/klo-pelgag-notre-dame-des-sept-douleurs/

***Dû à la pandémie mondiale qui sévit actuellement, nous ne sommes pas en mesure d'estimer le temps de livraison de votre commande. Toutes nos excuses***

« Notre-Dame-des-Sept-Douleurs, c’est un endroit qui existe géographiquement, mais c’est aussi un endroit qui existe dans ma tête. Lorsque j’étais enfant, nous croisions la pancarte du village lors de nos trajets entre Sainte-Anne-des-Monts et Rivière-Ouelle. À chaque fois que je l’apercevais, je détournais le regard en frissonnant d’horreur. Ce nom me terrifiait. J’imaginais un village mourant aux maisons suppliantes, aux rues désertes et aux chaises grinçantes berçant encore le souvenir des déserteurs.

Et voici qu’au lendemain de plusieurs années de surmenage, je me suis retrouvée exactement à cet endroit. Au centre de toutes mes angoisses, à ne plus savoir qui j’étais, à encaisser les coups et à me détester plus que quiconque. C’est un épais brouillard qui s’est installé à l’intérieur de ma tête, un ciel noir et opaque. J’habitais désormais cet îlot que j’avais moi-même construit, imaginé. J’étais couchée dans le noir sur le lit de l’arc-en-ciel.

Puis en août 2019, alors que je commençais à reprendre le dessus sur moi-même, je me suis décidée à aller visiter Notre-Dame-des-Sept-Douleurs, le village. J’ai d’abord découvert une chose assez signifiante: c’est une île. J’ai pris le traversier et je suis arrivée dans un lieu idyllique. Un village aux chemins de terre ne comptant pas plus de 35 personnes et dont l’âme n’a pas été pervertie ni dénaturée par l’humain. Un village sans épicerie ni station-service. Un endroit magnifique. Avec des arbres et des fleurs, un phare, des maisons en bois colorées et du poisson dont la chair si pure démantelait ma définition de la couleur « rose ».

Le village que je m’étais imaginé enfant, je l’ai traversé lentement et je souhaite ne jamais y retourner. Maintenant, j’irai dans le vrai Notre-Dame-des-Sept-Douleurs, celui où je mange du poisson qui sent le fleuve et dont la couleur me mystifie.»

– Klô Pelgag


****

« Notre-Dame-des-Sept-Douleurs is a place that exists geographically, but it’s also a place that exists in my mind. When I was a child, we’d pass by the sign announcing the village while travelling from Sainte-Anne-des-Monts to Rivière-Ouelle. Every time I saw it, I averted my eyes and shivered in horror. That name terrified me. I imagined a dying village with sad houses, empty streets and creaky chairs still rocking with the memory of deserters.

And now, after many years of overwork, I found myself exactly in that place. In the middle of all my anxieties, not knowing anymore who I was, taking hits and hating myself more than anyone else. A thick fog settled in my head, with black, opaque skies. I now lived on this island that I built or imagined on my own. I was lying in the dark on the bed of the rainbow (couchée dans le noir sur le lit de l’arc-en-ciel).

Then in August 2019, while I was starting to get my bearings back, I decided to visit Notre-Dame-des-Sept-Douleurs, the village. The initial thing I discovered was quite meaningful: it’s actually an island. I took the ferry and arrived in an idyllic place. A village with dirt roads and no more than 35 inhabitants, whose souls haven’t been perverted or spoiled by mankind. A village with no grocery store or gas station. A superb place. With trees and flowers, a lighthouse, colourful wooden houses, and fish whose flesh was so pure it went beyond my definition of the colour “pink.”

Slowly, I went through the village I imagined as a child, and I hope to never go back there. Now, I’ll go to the real Notre-Dame-des-Sept-Douleurs, where I’ll eat fish that smells like the river and whose colour bemuses me.»

– Klô Pelgag

credits

released June 26, 2020

Klô Pelgag : Piano, voix, synthés, échantillonnages

Étienne (Baboo) Dupré : Basse, synthés, guitare

François (Zaï) Zaïdan : Guitares, synthés

Pete (Poud) Pételle : Batterie, percussions, pinocles

Sylvain (Sysyllium) Deschamps : Guitare, synthés

Vincent Lauzer : Flûtes à bec (Für Élise)

-- CORDES

Marianne Houle : violoncelle, supervision de l’ensemble à cordes et consultante sur les arrangements de cordes de Klô (Où vas-tu quand tu dors, La Maison Jaune)

Mariane Bertrand : violoncelle

Violon 1 : Mélanie Bélair, John Corban, Zoé Dumais, Félix Savignac, Chantal Bergeron

Violon 2 : Fany Fresard, Vanessa Marcoux, Geneviève Clermont, Frédérique Tanguay-Gagnon

Alto : Ligia Paquin, Julie Boivin, Valérie Arsenault

-- CUIVRES

Montréal Horn Stars :
David Carbonneau - trompette
Stéphane Beaulac - trompette
Renaud Gratton - trombone
Maude Lussier - cor
Louis-Pierre Bergeron - cor
Jean-Sébastien Vachon - tuba et trombone basse


Sylvain Deschamps : Réalisation et prises de son

Pierre Girard / Planet Studios : Mixage

Richard Addison / Trillium Sound Mastering : Mastering

Klô Pelgag : Paroles et musiques, réalisation, arrangements, arrangements cuivres et cordes (Où vas-tu quand tu dors, La maison jaune, Rémora) et flûtes (Für Élise), prise de son (Notre-Dame-des-Sept-Douleurs II)

Owen Pallett : Arrangements de cordes (À l’ombre des cyprès, J’aurai les cheveux longs) et arrangement de cuivres (Soleil)

Artiste peintre : Florence Obrecht
Design graphique : David Beauchemin & Julien Hébert
Photographe : Marc-Étienne Mongrain

2020 COOP Les Faux-Monnayeurs sous licence exclusive à Secret City Records Inc.

license

all rights reserved

tags

about

Klô Pelgag Montréal, Québec

Quand Klô Pelgag chante, les images s’animent. Et quand elle joue, l’air se colore. Alors que les yeux s’en éprennent et que les cœurs se braquent vers son luxuriant univers de piano, de cordes et de voix, elle s’efforce à faire de ses chansons un paysage pour les aveugles. ... more

shows

contact / help

Contact Klô Pelgag

Streaming and
Download help

Shipping and returns

Redeem code

Report this album or account

If you like Klô Pelgag, you may also like: